Maroc émergent ? La démo de F. Sijilmassi

Il est mieux noté en la matière que des pays européens.

Tout le monde connaît aujourd’hui le BRIC, cet acronyme né en marge de la crise économique mondiale et qui désigne les quatre puissances émergentes que sont le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine. Mais on parle moins de ces pays émergents, moins puissants mais tout aussi intéressants en termes d’investissements et d’opportunités de business.

Le Maroc en fait-il partie ? A sa modeste échelle oui et cela tout le monde le dit. Il fallait le prouver à travers les appréciations de signatures mondiales confirmées. C’est la démonstration qu’a faite Fathallah Sijilmassi, mercredi 27 octobre à Marrakech. Intervenant dans un atelier consacré à la dimension africaine de la croissance asiatique, à l’occasion du World Economic Forum, le patron de l’Agence marocaine de développement des investissements (AMDI) a présenté un graphe croisant les listes des pays émergents élaborées par le Fonds monétaire international (FMI), l’Agence de notation Standard & Poor’s, la banque BNP Paribas et le cabinet Boston Consulting Group (BCG) qui s’est fait un nom en matière de conseil en investissements, notamment.

Résultat des courses, parmi les quatre organismes en question, trois considèrent le Maroc comme un pays émergent (voir illustration). Le Royaume peut ainsi se targuer de réaliser un bon score puisque la Tunisie ne récolte que deux appréciations positives, de même que la République tchèque. Il fait jeu égal avec la Pologne, la Russie et la Turquie.