Maroc 2010

Le marketing prend les commandes

Le Maroc entame sa campagne pour la Coupe du Monde 2010 sous le signe du changement. Tout y est passé. Les hommes, les méthodes et même le discours. Le Premier ministre, lors d’une réunion tenue le 2 juin à ce sujet, a planté le décor en annonçant que le Maroc devait s’y prendre autrement. Et comme le foot est devenu une affaire de business plus que de sport, il fallait s’y attendre, c’est en businessman qu’il est que Jettou a abordé le sujet. Pour commencer, il propose d’abord de faire du benchmarking avec des pays comme la Tunisie, l’Egypte ou encore l’Afrique du Sud. Ce qui, au passage, met fin à la rumeur colportée en janvier dernier sur l’éventualité d’une candidature commune maroco-tunisienne. Mais au fait, combien de managers sportifs marocains savent, même de loin, ce qu’est le benchmarking ? Heureusement que Saâd Kettani est lui-même issu du milieu des affaires et connaît assez bien les techniques en la matière.
Autre grande nouveauté, il est proposé de faire appel aux spécialistes du lobbying sportif qui ont tellement manqué au Maroc dans ses précédentes candidatures. Cette fois, le comité «Maroc 2010» se fait assister par une grosse signature mondiale : le cabinet Rotenberg, connu pour avoir été la cheville ouvrière de la candidature américaine pour le Mondial 1998.
Contacté par La Vie éco, Saâd Kettani était, nous a-t-on dit, déjà en mission à l’étranger. Si ce n’est pas dans le cadre de ses missions de président de la commission Maroc 2010, espérons du moins qu’il en profitera pour entamer son lobbying pour le Maroc