Maghreb Titrisation se prépare à  la concurrence

Le projet de loi devant réformer la titrisation, récemment voté à la Chambre des représentants, avance à grande vitesse et devait être approuvé par celle des conseillers mercredi 18 juin. Une célérité qui permet au moins de rattraper le grand retard qu’a accusé ce projet, resté dans le circuit depuis 2006. Le fait est que, aujourd’hui, il n’existe au Maroc qu’un seul opérateur spécialisé dans la titrisation, en l’occurrence Maghreb Titrisation (MT), filiale de CDG.

Mais ce ne sera certainement plus pour longtemps puisque la réforme, qui ouvrira la voie à de nouveaux types de clientèle comme les entreprises publiques et les associations de microcrédit, aiguise déjà les appétits des banques. Ces dernières, voyant dans la titrisation un produit qui peut sérieusement concurrencer leurs crédits classiques, ne resteront certainement pas les bras croisés.
Au moins deux grandes banques de la place, à savoir Attijariwafa bank et BMCE Bank, ont des projets déjà très avancés dans le domaine.

Les milieux financiers parlent de projets de filiales dans ce sens. En attendant, Maghreb Titrisation, elle, essaiera de capitaliser sur sa longueur d’avance en récoltant plus de contrats d’ici l’arrivée des concurrents, y compris à l’étranger. MT vient d’ailleurs de remporter un gros contrat de titrisation pour le compte de la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) n M.C.