L’ultimatum de Jettou

Effervescence dans le secteur du textile et de l’habillement. Après une réunion avec leur ministre de tutelle, mardi 11 janvier (!), les professionnels étaient conviés, le jour suivant, à une réunion à la primature. Présidée par Driss Jettou, la réunion regroupait, en plus des représentants du secteur, ceux de plusieurs administrations comme la Douane, les Impôts, la CNSS, le ministère des Finances et, bien entendu, celui du Commerce et de l’Industrie. Au total, une cinquantaine de personnes.
Selon des opérateurs présents, le premier ministre n’y est pas allé avec le dos de la cuillère vis-a-vis des textiliens. Driss Jettou leur a reproché de ne pas avoir fait leur mise à niveau sachant que, de son côté, le gouvernement a tenu ses engagements : le fond de restructuration des entreprises est sur le point de voir le jour, la baisse du coût de certains facteurs de production a été réalisée, les dispositifs de la mise à niveau ont été réadaptés et des mesures incitatives à l’investissement dans l’amont du secteur ont été mises en place. Bref, les textiliens ne doivent s’en prendre qu’à eux-mêmes.
Au terme de cette réunion, qui a duré plus de trois heures, M. Jettou a donné aux industriels un délai de quatre semaines pour revenir avec des propositions concrètes en vue d’aider les entreprises en difficulté. Il les a invités à se réunir d’ici là avec les administrations concernées pour mettre tout cela au propre. La prochaine réunion se tiendra fin février et devrait déboucher sur un dispositif d’accompagnement pour les entreprises actuellement en difficulté et la mise en œuvre d’une nouvelle stratégie volontariste et agressive pour le secteur. Le tout sera accompagné d’une politique de communication qui aura pour objectif de véhiculer un message et un seul : Chine ou pas Chine, le Maroc ne baissera pas les bras.