L’oral avec Noureddine Bensouda

La cgem accorde ses violons sur la fiscalité.

C’est une première pour la CGEM. Le directeur général des impôts a fait le déplacement à la CGEM, mardi 30 septembre, en vue d’y passer toute la journée. Il faut dire qu’il a un planning bien rempli : des rencontres individuelles avec les patrons des grandes fédérations pour les écouter et prendre connaissance de leurs doléances à la veille de l’élaboration de la Loi de finances.

Cette journée forum a suivi le conseil d’administration du patronat qui s’était tenu le mercredi 24 septembre. Une réunion placée sous le signe de «la fiscalité et la Loi de finances». Les membres du CA, entre autres points à l’ordre du jour, devaient examiner et valider les propositions finales en matière fiscale que fera la CGEM à la direction des impôts.

Ce fut l’occasion pour le président, My Hafid Elalamy, de remettre les pendules à l’heure. Réagissant à de récentes sorties médiatiques de patrons de fédérations et même de certains présidents de commissions, le président n’a pas mâché ses mots, appelant à une action concertée.

«Si certains secteurs veulent que l’on puisse défendre leurs positions, ils doivent respecter la démarche générale de la confédération», commente un membre du bureau. En ce sens, il a été signifié à certains qu’ils ne devaient pas prendre des initiatives individuelles pour venir ensuite demander l’appui de la CGEM. «Il y a un minimum de coordination que nous devons assurer», poursuit un autre administrateur.

Une fois la précision faite, M. Elalamy a proposé que, dorénavant, tout ce qui concerne les aspects fiscaux passe exclusivement par le président de la commission dédiée à ce volet, Mohamed Hdid. Ce dernier est désormais seul habilité à exprimer en public les positions et opinions de la CGEM en la matière.