Lobbies mis à  nu

Votre article au sujet du logement social à Casablanca (numéro du 24 septembre) appelle quelques remarques. D’abord, on découvre avec étonnement que la machine n’est pas aussi bloquée qu’on le croyait. On lisait presque chaque semaine dans la presse que les promoteurs immobiliers, notaires et architectes, se plaignent d’une lourdeur sans précédent dans le traitement des dossiers. Le lecteur aurait pu en déduire que l’Agence urbaine était en train de bloquer la machine. Or, on découvre, grâce à votre article, qu’il n’en est rien et que la nouvelle directrice de l’Agence urbaine ne fait qu’appliquer la loi. Et c’est ce qui a rendu les opérateurs mécontents. Donc, quand on veut appliquer la loi, on n’est pas le bienvenu. Les rapaces de la ville se sont ainsi découverts et ont montré de quoi ils sont capables. Espérons que les autorités ne tomberont pas dans le piège de ces lobbies.