L’INDH se met en place

737 projets identifiés et deux décrets du Premier ministre attendus

Leministère de l’Intérieur a passé un mois d’août studieux puisque ses cadres ont continué à plancher sur l’INDH (Initiative nationale pour le développement humain). Résultat : le ministre Mostafa Sahel entame une rentrée à grande vitesse sur ce chantier qui lui va comme un gant. Invité de l’émission Hiwar sur TVM le mardi soir, recevant la presse nationale le mercredi soir, le voici qui (ré)explique l’INDH et annonce le programme d’action à court terme.

Quatre mois pour lancer les chantiers prioritaires
Les quatre mois qui nous séparent de 2006 seront ainsi mis à contribution d’une part pour lancer les premiers projets dans le cadre de l’INDH et, d’autre part, pour mettre en place le schéma institutionnel de l’opération.
737 projets ont ainsi été identifiés par les commissions provinciales créées dans le cadre de l’INDH. Ces projets seront lancés avant la fin de l’année, grâce à l’enveloppe de 250 millions de DH déjà mobilisée par l’Etat :
635 projets s’inscrivent dans le cadre de la lutte contre l’exclusion en milieu urbain ou de la pauvreté en milieu rural;
102 projets relèvent de la lutte contre la précarité.
74 communes urbaines et 265 communes rurales seront les bénéficiaires de ces projets qui constituent une sorte de mise en bouche puisque le véritable démarrage de l’INDH se fera en 2006 avec une dotation annuelle de 2 milliards de DH pendant cinq ans.
En parallèle, se met progressivement en place le schéma institutionnel de l’INDH. On attend pour les prochains jours, deux décrets du Premier ministre :
Le premier va instituer l’Observatoire de développement humain. Cet organe de suivi, de conseil, de critique, d’étude doit être opérationnel avant la fin de l’année. Il pourrait être composé d’une trentaine de membres venus du tissu associatif, des milieux d’affaires, ainsi que des experts, des représentants des administrations publiques et du Parlement, des universitaires. L’Observatoire fera le suivi et l’évaluation de l’impact de l’INDH sur les indicateurs de développement humain; le recueil et la diffusion des expériences réussies; et sera chargé des études, enquêtes et de l’expertise sur les questions de pauvreté, de précarité et d’exclusion.
le second a trait à l’exécution des dépenses au niveau local, dans le cadre de l’INDH: raccourcissement des délais, assouplissement des procédures.
Pour ce mois de septembre, on attend également l’organisation de la consultation ouverte pour la mise en place d’un réseau d’experts du développement humain dans les différentes régions du royaume; et d’autre part, la liste complète des 360 communes rurales et des 250 quartiers urbains les plus défavorisés, qui feront partie des cibles prioritaires de l’INDH.
Le dispositif conçu et en voie d’être mis en place pour l’INDH, en un temps record, est complexe, novateur et semble complet. Mostafa Sahel et ses cadres en parlent avec un enthousiasme communicatif. Un chantier qui semble convenir à merveille à un ministre pour qui «croire en l’avenir, avoir la foi, l’engagement, l’enthousiasme, c’est cela la politique».

Invité de l’émission Hiwar, mardi 30 septembre, recevant la presse le lendemain, Mostafa Sahel a détaillé le plan d’action à court et moyen terme de l’INDH.