L’Etat se finance de plus en plus difficilement et emprunte à  court terme

L’endettement du Trésor sur le marché domestique continue de progresser à un rythme soutenu en raison de l’aggravation du déficit budgétaire suite au poids de la charge de compensation. A fin juin, l’encours de la dette affichait une progression de 9% sur une année, à 343 milliards de DH. Outre l’inquiétude que peut susciter la hausse du niveau de la dette, il y a aussi la baisse de sa «duration» qui attire l’attention.

En effet, alors que la dette à long terme du Trésor représentait 58% de l’encours il y a un an, elle ne pèse plus que 53% actuellement, sachant que la dette à court terme, qui donne lieu à des remboursements plus fréquents et peut donc mener à une spirale d’endettement, a vu sa part passer de 4% à 13%. Cette situation serait due, selon des professionnels, à la difficulté du Trésor à se financer sur le long terme suite aux craintes des investisseurs qui manquent de visibilité par rapport à l’évolution des finances publiques.