Les visées de la CDG sur la Sonadac se confirment

Initialement prévu en mars dernier, le conseil d’administration de la Sonadac s’est tenu en juin et est resté ouvert depuis. Selon des sources bien informées, une réunion du conseil devait avoir lieu pendant ce mois de Ramadan, mais elle a été reportée à la dernière minute à la demande du ministère de tutelle, l’Intérieur, qui, en juin déjà, avait émis des réserves sur les comptes et la santé financière de la Sonadac.
Pour d’autres observateurs, le retard révèle un malaise entre la société et sa tutelle. Selon eux, cette dernière temporiserait en attendant d’avoir une visibilité sur ce que l’on veut faire de la Sonadac surtout que cette dernière gère deux gros dossiers structurants pour la ville de Casablanca : l’aménagement de l’Avenue Royale et celui de la Corniche. Ces projets importants ont aiguisé l’appétit de la CDG, actionnaire de la Sonadac. D’où, explique-t-on, le retard pris sur la relance des appels d’offres relatifs à ces projets, que la CDG souhaite récupérer pour son compte. D’ailleurs, à Rabat, on précise que les autorités de tutelle prépareraient une augmentation de capital de la Sonadac qui permettrait à la CDG de monter en puissance dans le tour de table de la société et se voir confier ainsi les travaux relatifs aux deux projets en question.
Sachant que d’un autre côté, on se dirige inéluctablement vers l’arrimage du CIH à la CDG, cette dernière ne fera que confirmer les intentions qu’on lui prête depuis quelque temps de s’ériger en premier aménageur-développeur du pays