Les pollueurs traqués

contrôle des gaz d’échappement sur l’axe kenitra-el jadida

Après les plages, la famille Boundif s’attaque à la pollution de l’air dans les villes. La première cible sera celle des automobilistes qui restent les principaux pollueurs en raison des gaz d’échappement. Pour frapper fort, la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement n’a pas lésiné sur les moyens et n’a pas hésité à utiliser les mots et les images qui font peur.
Dans la campagne de communication qui accompagne le programme Qualit’Air de la fondation, on remarquera, à côté des traditionnelles BD des Boundifs, une annonce qui ne passera pas inaperçue. On voit sur l’une des annonces la photo d’un aérosol pour asthmatiques au nom célèbre avec une accroche très recherchée : «N’en faites pas le numéro un des ventes au Maroc».
Un tel message aura certainement de l’effet sur les automobilistes pollueurs mais ne résoudra pas, à lui seul, le problème. C’est la raison pour laquelle la fondation a lancé, dans le cadre de Qualit’air, d’autres actions de sensibilisation sur le terrain, comprenant notamment des contrôles à blanc des gaz d’échappement. A partir du 7 février, les gendarmes procéderont, sur l’axe Kénitra-El Jadida, au contrôle des véhicules en utilisant des machines pour mesurer les gaz d’échappement. Les automobilistes pollueurs ne seront certes pas sanctionnés, mais simplement invités à réparer rapidement leurs mécaniques. Bien entendu, les machines sont achetées par la fondation, qui assure en parallèle la formation des agents en collaboration avec l’OFPPT. Coût du programme :18 MDH. Si avec tout cela, les pollueurs ne se corrigent pas, il faudra que les pouvoirs publics pensent à les verbaliser. Et là, ce ne sera plus les gentils Boundifs ! .

Des machines et du personnel formé par l’OFPPT pour Quali’Air, un programme de 18 MDH.