Les PME et les banques enterrent la hache de guerre

Le groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM) et la fédération des PME ont décidé d’enterrer la hache de guerre. Il était temps. Sur les 70 000 PME affiliées à la CNSS, 1 500 seulement sont jugées bancables. Depuis toujours, les patrons ont accusé les banques de fermer le robinet du financement, alors que ces dernières invoquaient la mauvaise foi des dirigeants de PME et le manque de transparence.
Aujourd’hui, les deux parties ont décidé de se mettre à table et de discuter de manière transparente et franche de l’état de leurs relations. Au cours de cette semaine du 24 mai, banquiers et patrons de PME se sont donc réunis pour crever l’abcès. Une réunion à laquelle a pris part, également, le représentant de la Fédération des banques et services (CGEM). La Fédération des PME a remis aux banquiers une longue liste de doléances. Entre autres points, la crédibilité des effets commerciaux et, bien entendu, les conditions d’accès aux financements bancaires. Les banquiers, pour leur part, ont mis sur la table les questions épineuses de la transparence des comptes et de la fiabilité des bilans.
Cette rencontre, précédée de concertations avec les autorités monétaires, depuis plusieurs semaines, semble avoir débouché sur du concret. Son aboutissement marquera, à coup sûr, un tournant dans la vie des PME qui, faut-il le rappeler, ne bénéficient aujourd’hui que de 25% de l’encours global des crédits bancaires, contre 45% pour les grandes entreprises.
«En principe, ces discussions devraient déboucher sur la signature d’un gentlemen agreement entre les banques et les PME», confie un banquier. Cette charte de bonne conduite, devrait être ratifiée à la fin juin