Les hôteliers de Ouarzazate mécontents

une enquête sur la Vision 2010

Les opérateurs majeurs du secteur du tourisme, agents de voyages et hôteliers, estiment que le contrat-programme signé avec le gouvernement connaît une évolution mitigée. C’est en tout cas ce que révèle une enquête auprès d’un échantillon de 106 établissements, réalisée par LMS marketing pour le compte de la Fédération nationale du tourisme. Ainsi, 42% des interrogés, dans différentes régions touristiques, estiment que le contrat-programme avance bien malgré une conjoncture internationale très agitée ces deux dernières années, alors que 50% pensent que ce contrat avance plus ou moins bien.
Les plus satisfaits sont les professionnels de Tanger (55%) et Casablanca (52%). Par contre, c’est dans la capitale, Rabat, que l’on compte le taux de satisfaction le moins élevé, avec seulement 33% des sondés qui pensent que le contrat-programme avance bien, mais également à Marrakech où ils sont seulement 39%. La palme de la grogne revient aux professionnels de Ouarzazate puisque, comme le signale le rapport de l’enquête, le taux de ceux qui estiment que les choses se passent bien est de 0%. Curieux…
Par ailleurs, la majorité des opérateurs (67%) pensent que la baisse des prix enregistrée sur la destination Maroc est un facteur de fragilisation du produit sur le moyen terme. Cette idée est affirmée dans toutes les régions, à l’exception d’Agadir où les opérateurs pensent que la baisse des prix peut constituer un levier de croissance.
Quant aux principaux obstacles qui entravent encore le développement du tourisme, ils sont toujours les mêmes : 21% des personnes interrogées évoquent la lenteur des procédures administratives et 19% la fiscalité. Adil Douiri a encore du pain sur la planche !

Une colle pour Adil Douiri : pourquoi 50% d’opérateurs satistaits à Tanger et 0 % à Ouarzazate ?