Les exportations d’agrumes freinées par les banques russes

Petits pépins pour l’orange et la clémentine marocaines. Malgré une campagne meilleure que celle de l’année dernière, les exportateurs commencent à s’inquiéter pour leur plus gros marché, la Russie, qui absorbe 50% des exportations d’agrumes du Maroc. Selon Ahmed Derrab, président de l’Association des producteurs et exportateurs d’agrumes (Aspam), les importateurs russes ont de plus en plus de mal à lever des fonds auprès de leurs banques en Russie pour financer les importations. Comme l’explique M. Derrab, les banques russes, sous l’effet de la crise, accordent désormais des accréditifs à renouveler chaque mois alors que d’habitude elles ouvraient des lignes de fonctionnement annuelles. Du coup, les gros clients du Maroc sont obligés de rationner leurs commandes en fonction du financement.