Les Emiratis voulaient des tours, les Marocains non !

Y a-t-il du retard dans le projet d’aménagement de la vallée du Bouregreg ? Beaucoup de R’batis se posent la question. Des informations faisant état de blocage circulent depuis de nombreux mois à ce sujet. Les responsables de l’agence n’ont jamais voulu en parler ouvertement.

Selon des sources bien informées, leurs relations avec l’émirati Sama Dubaï, aménageur et promoteur de la deuxième séquence dénommée «Amwaj», ne sont pas au beau fixe. Et pour cause, le plan d’aménagement de cette séquence qui se situe entre le pont Moulay El Hassan et celui de l’ONCF a tardé à être validé. Raison du retard : les plans initialement préparés par les Emiratis n’ont pas eu l’aval de l’agence. L’aménageur voulait, en effet, construire de grandes tours, ce qui a été rejeté par les Marocains. «Les Emiratis ont leur propre conception de l’urbanisme qui est totalement différente de l’urbanisme mis en œuvre au Maroc», explique une source proche du dossier.

Pour ce qui est de la première séquence, Bab Al Bahr, dont l’aménagement des infrastructures a été effectué par l’Agence d’aménagement de la vallée du Bouregreg elle-même, aucun retard n’est à signaler. Aujourd’hui, aussi bien la marina que la promenade longeant la rive de l’oued du côté de Rabat sont prêtes. Même les voiries ont été aménagées et un nouveau mobilier urbain installé n F.G.