Législatives espagnoles : Zapatero en pole position

Après s’être trompés sur les intentions de vote quatre élections législatives de suite, les cabinets de sondage espagnols verront-ils enfin les urnes leur donner raison ce dimanche ? Lundi 3 mars, quelques heures seulement après la clôture du deuxième duel télévisé où les candidats du Parti socialiste (PSOE) et du Parti populaire (PP), José Luis Rodríguez Zapatero et Mariano Rajoy, avaient croisé le fer devant une audience de 12 millions de téléspectateurs, les dernières études autorisées avant le scrutin donnaient le président du gouvernement sortant largement favori.
Des résultats qui confirment l’avance des socialistes après plusieurs semaines de coude à coude, si bien que le leader conservateur s’est retrouvé à reconnaître sa mauvaise performance avant même la tenue du scrutin, prévu ce dimanche 9 mars.

Arrivés à la tête du gouvernement espagnol à la suite des élections du 14 mars 2004, dont les résultats avaient été fortement influencés par les attentats de Madrid, les socialistes du PSOE seront amenés à retenter leur chance dans un scrutin destiné à renouveler les 350 sièges du Congrès des députés et 208 des 259 membres du Sénat grâce aux votes de 35 millions d’électeurs, soit un peu moins de 80 % de la population du pays.

Leurs chances de victoire résident aujourd’hui en partie dans le taux de participation qui, malgré l’appel au boycott de l’ETA, devrait dépasser les 70% et faire rêver le PSOE à une majorité absolue au Parlement.