Le Trésor se rabat sur la dette intérieure

Il a décidé de reporter son emprunt à  l’international.

Finalement, le Maroc ne sortira pas pour le moment sur le marché international de la dette. Le Trésor a en effet décidé de décaler son emprunt d’un milliard d’euros sur 10 ans à une date ultérieure. Après plusieurs jours de spéculations sur les raisons de ce report, des sources autorisées au ministère des finances expliquent que la décision est motivée par l’état des marchés financiers internationaux qui est actuellement peu propice à l’émission d’un emprunt. La crise budgétaire grecque et l’état dégradé des finances publiques de plusieurs pays européens ont intoxiqué le marché international de la dette, rendu les investisseurs très fébriles et les primes de risques des Etats très volatiles.

Mais le Trésor a besoin d’argent à des échéances qui ne peuvent être décalées. L’issue réside dans le retour sur le marché de la dette intérieure, particulièrement celui des maturités longues (10 ans et plus), un segment sur lequel le Trésor n’a pratiquement pas été actif depuis mars 2007. Il devrait donc renforcer ses levées sur le marché des adjudications dès le mois de juin pour satisfaire ses besoins de financement de l’année qui s’élèvent à plus de 30 milliards de DH nets des remboursements.

Cela permettra au Maroc de surseoir pour l’heure aux risques que présente une sortie internationale, mais ne lui évitera pas une hausse des taux domestiques. Les levées du Trésor depuis le début de l’année ont déjà tiré les taux de toutes les maturités vers le haut, et la tendance risque de se poursuivre. Reste une question qui hante les responsables marocains, celle de l’inévitable effet d’éviction. Déjà que le marché est très peu liquide…