Le SGG n’est pas innocent

Suite à l’article paru dans votre numéro du 10 octobre intitulé «Le SGG a bon dos ; on lui impute tous les blocages», dans lequel l’auteur a essayé de démontrer que le SGG ne bloque pas les textes qui lui sont soumis par les différents ministères mais fait tout simplement son travail, je voudrais, par un exemple concret, démontrer le contraire de ce qui est avancé dans ledit article.
Le ministère de la Santé a élaboré un texte de loi portant sur l’exercice des professions paramédicales qu’il a soumis au SGG depuis cinq ans. Ce texte rassemble les règles d’exercice de 15 professions, dont 12 sont exercées actuellement sans aucune base juridique, les 3 autres sont régies par des textes remontant à 1954 et 1960. Celui-ci a été accepté par le SGG. Depuis maintenant quatre ans ce texte n’est pas encore présenté au Conseil de gouvernement. Malgré l’intervention de parlementaires et les demandes de professionnels, le SGG ne plie pas. N’est-ce pas là un blocage d’un texte important pour la protection de la santé du citoyen ? Le SGG peut-il donner les raisons de ce blocage, ou bien niera-t-il l’existence de ce texte dans ses services ? Les lecteurs de La Vie éco seraient heureux de connaître la ou les réponses de ce ministre.