Le secrétaire général de 2M suspendu

Rien ne va plus entre le DG de 2M, Mostafa Benali, et son secrétaire général, Abderrahim Chouffaï. La crise qui couvait depuis des mois entre les deux hommes a fini par exploser au grand jour lundi 4 avril. Ce matin-là, en arrivant à son bureau, le secrétaire général découvre une note qui lui est adressée par le DG, dans laquelle ce dernier lui notifie une suspension d’une durée de huit jours.
Beaucoup se posent la question de savoir comment les deux hommes, pourtant très complices au début du mandat de Benali, en sont arrivés là. En fait, les premières escarmouches entre le DG et le secrétaire général ont commencé à l’été 2004, quand Mostafa Benali a ôté à Abderrahim Chouffaï tous les pouvoirs de signature. M. Chouffaï, malgré ses attributions en matière de gestion des ressources humaines et de gestion administrative, ne prend plus part aux décisions depuis longtemps. Même les recrutements, surtout de cadres supérieurs, étaient centralisés par le DG. Depuis huit mois, une guerre froide était déclarée entre les deux hommes, certes, mais personne ne s’attendait à la réaction du DG.
Contacté par La Vie éco, Abderrahim Chouffaï n’a pas souhaité faire de commentaires. Mostafa Benali, quant à lui, s’est contenté d’expliquer qu’il y a eu un problème de dépassement des prérogatives et que le SG «a engagé l’entreprise en signant un contrat alors qu’il n’en avait pas les pouvoirs». Un tel acte justifie-t-il une mise à pied ? En interne, on pense que les raisons de ce divorce sont plus profondes.