Le savon «Taous» contrefait par les Syriens

Décidément, à l’international, la contrefaçon et le piratage n’épargnent aucun produit y compris ceux auxquels ont s’attend le moins. Lesieur l’a appris à ses dépens en découvrant des copies «non conformes» de son savon «Taous» en vente dans les pays du Moyen-Orient et en Mauritanie.

Tout a commencé quand des distributeurs de la marque en Arabie Saoudite, où «Taous» est d’ailleurs très apprécié car assimilé à un produit naturel, ont appelé le fabricant à Casablanca après avoir vu le produit écoulé par d’autres commerçants. La direction de Lesieur fut étonnée car elle n’avait passé de contrat avec aucun autre distributeur. Elle découvrira après enquête que des grossistes saoudiens, à qui elle n’avait jamais livré de produit, vendaient bien du savon «Taous» avec le même emballage, les mêmes couleurs et le même nom. Seule différence mais de taille : sur l’emballage du produit pirate, on peut lire la mention «made in SAR» c’est-à-dire en Syrie. Alertée, la direction de Lesieur a décidé de poursuivre en justice les importateurs saoudiens de ce produit contrefait. Coïncidence, au cours de la même période, une affaire similaire surgit mais cette fois-ci en Mauritanie. Selon Jamal Mourtada, directeur à l’international chez Lesieur, «toutes les mesures seront prises pour qu’il soit mis fin à cet acte de piratage».