Le prix du poulet en question

Le courrier de M. Azzeddine Nahir de Sidi Kacem intitulé «Les capitalistes marocains surprotégés», faisant allusion aux éleveurs de poulet, paru dans La Vie éco du 31 octobre 2003, appelle de notre part les observations suivantes.
Effectivement le prix du poulet au Maroc est élevé, non parce que les éleveurs bénéficient de marges inconsidérés, mais en raison de la tarification douanière excessive appliquée sur les intrants, notamment le maïs, assujetti à des droits de douane cumulés de près de 30%. La hausse du prix du poulet depuis août 2003, quant à elle, est la conséquence directe de la forte mortalité des volailles, enregistrée suite à la canicule de l’été qui a entraîné une forte baisse de l’offre au niveau du marché. L’établissement des prix de vente du poulet obéit à la loi de l’offre et de la demande. Depuis la deuxième semaine de novembre, le prix à la ferme a chuté à 10-11 DH le kg vif. En définitive vous pouvez constater que 30 à 40% du prix auquel vous achetez votre poulet enrichissent en fait les intervenants, et non l’éleveur.

Youssef Alaoui Président de la Fédération interprofessionnelle du secteur avicole