Le poulpe revient à  une exploitation rationnelle

Le secteur poulpier sort de sa crise. La campagne de décembre 2005 a été concluante et les opérateurs se frottent les mains.

Les premiers indices font état d’une reconstitution du stock poulpier grâce, en partie, à l’allègement de l’effort de pêche, notamment dans le segment artisanal où le nombre de barques retirées a atteint 3 223.
L’objectif de départ, celui de ramener le nombre de barques opérationnelles de 7 000 à seulement 4 000, est atteint. 111 millions de DH ont déjà été débloqués dans le cadre de cette opération et serviront à l’indemnisation des marins pêcheurs à hauteur de 40 000 DH par barque détruite et 10 000 DH pour ceux qui déplaceront leur activité de pêche plus au nord.

Les statistiques font état de 2 863 barques détruites, qui ont perçu 107,31 millions de DH, et de 369 autres redéployées dans d’autres zones de pêche (3,69 millions de DH).
Les indemnisations sont financées par un prélèvement à la source effectué à la halle par le biais de l’ONP sur les ventes de céphalopodes. Un dirham par kilo est le montant qui était fixé au départ mais le succès de l’opération a contraint les responsables à le revoir à la hausse pour le fixer, en fin de compte, à 2 DH/ kg. L’ONP avait même été contraint d’avancer des fonds pour l’opération en attendant les prélèvements.