Le DG de Comanav Voyages sur le départ

Moins d’un an après sa nomination à la tête de Comanav Voyages, et de manière surpenante, Tayeb Alaoui, son DG, a été relevé de ses fonctions. Une source autorisée à la Comanav, qui détient 60% de la compagnie de voyages, invoque, entre autres raisons, «des erreurs de gestion». «Taoufik Ibrahimi, le président de Comanav, a reproché à l’ex-DG d’avoir englouti un budget colossal en actions promotionnelles et en dépenses trop lourdes dans la rénovation du siège, à tel point qu’il a été impossible au voyagiste de régler ses arriérés sur les tickets vendus pour le compte du transporteur maritime». Contacté, à ce sujet, par La Vie éco, Tayeb Alaoui n’a pas souhaité s’exprimer, arguant du côté personnel de l’affaire. Toutefois, selon un de ses proches collaborateurs, la décision résulterait plutôt de divergences de points de vue entre les deux hommes.
En fait, Tayeb Alaoui a été engagé pour une mission d’une année, dans le but de mettre à niveau l’entreprise avant de la céder au privé. Mais, selon une source proche du dossier, une augmentation de capital qui avait été prévue pour accompagner cette restructuration n’a pas été effectuée pour des raisons inconnues. S’en est suivie une tension entre le DG et son président qui a duré jusqu’au 31 juillet dernier. Ce jour-là, convoqué pour une réunion, le DG de Comanav Voyages s’est vu annoncer par le président, en présence de quelques administrateurs, qu’il était relevé de ses fonctions.
Deux versions, deux «vérités» ! En attendant, Comanav Voyages fonctionne depuis deux mois avec un DG par intérim.

Taoufik Ibrahimi, président de la Comanav.