Le Crédit agricole en Bourse fin 2008

CONSEIL DE SURVEILLANCE LE 29 MAI

Conseil de surveillance très attendu pour leCrédit agricole du Maroc (CAM), le 29 mai. En effet, l’organe de contrôle devra se pencher sur la convention devant être signée entre la banque et l’Etat et qui apportera la véritable révolution dont le secteur a besoin. Il faut en effet rappeler que la banque verte, qui a assaini ses comptes et présente aujourd’hui des performances plus qu’honorables (4e de la place), ne peut plus continuer à financer les agriculteurs non solvables.Raison pour laquelle l’Etat s’était engagé à financer ce volet, sachant que la banque s’occuperait de la logistique technique. Aujourd’hui, 800 000 agriculteurs ne sont éligibles ni au financement bancaire ni au microcrédit.

Mais le but n’est pas seulement de financer à perte. La convention comprendra un ambitieux programme axé sur les moyens de rendre la petite agriculture rentable. Quatre objectifs : modernisation des cultures,micro-irrigation, remembrement des terres, reconversion des sols, en plus de la régionalisation des cultures selon le potentiel. On parlera à l’avenir de couple territoire/culture et l’on verra se développer la plantation de caroubier, d’olivier, de légumes et la mise en place d’un programme d’élevage intensif (cf. LaVie éco du 30 mars 2007).

Autre facteur qui donne de l’importance à ce conseil.Les administrateurs devront se prononcer sur le timing de l’entrée en Bourse de CAM. Le principe a été validé depuis près d’un an. En toute logique, la banque ayant cumulé trois exercices pleins, consécutifs et bénéficiaires, l’entrée en Bourse devrait se faire vers fin 2008, le consensus au sein du conseil de surveillance étant réalisé sur ce point.

Enfin, pour l’anecdote, notons que la presse s’est fait écho ces derniers jours de l’abandon de la créance du CAM au profit de 100 000 agriculteurs, donnant à croire qu’il s’agit d’une nouvellemesure alors que l’opération date d’il y a un an et que c’est le bilan qui en a été livré récemment.