Le coup de gueule de Harzenni

il accuse les associations d’être nihilistes

Ahmed Harzenni, le président du Conseil consultatif des droits de l’homme (CCDH), n’est pas content. Alors que le rapport d’évaluation préliminaire des élections élaboré par le CCDH est globalement positif, le collectif associatif en charge de la surveillance des élections a été plutôt négatif envers le processus.Harzenni s’étonne. Pour lui, en dépit de quelques «petites» irrégularités observées, l’ambiance générale du scrutin a été «saine». «D’ailleurs, renchérit-il, les observateurs du National Democratic Institute ont fait la même évaluation».

Que reproche le président du CCDH au collectif associatif ? «Le rapport s’est fourvoyé dans des détails qui mettent l’accent plus sur les points négatifs que positifs. Un observateur n’a pas à s’appesantir sur le taux de participation, aussi faible soit-il, qui nous interpelle tous d’ailleurs. Il doit rendre compte de ses observations, sans entrer dans les détails.» Plus que cela, le président du CCDH accuse ouvertement le tissu associatif d’avoir agi de «mauvaise foi», de n’avoir pas respecté ses engagements avec, au final, une évaluation aux «relents nihilistes».

Prémices d’une tension entre les deux acteurs ? «N’exagérons rien, nous sommes encore tous dans un long processus d’apprentissage», atténue M. Harzenni.

Contacté par La Vie éco, Kamal Lahbib, membre du secrétariat du collectif associatif, ne comprend pas la colère du successeur de Driss Benzekri : «Notre observation s’est faite selon les standards internationaux, nous avons reproduit ce que nous avons observé et nous avons formulé des recommandations. Le rapport préliminaire que nous avons publié répond à cette démarche».
Rappelons que le Centre marocain des droits de l’homme (CMDH) a sorti, lundi 10 septembre, un rapport dans lequel il signale que 125 irrégularités électorales ont été constatées par ses propres observateurs.