Le contrat Idmaj, peu coûteux pour l’Etat

«Ce n’est pas cher et ça peut rapporter gros» : la formule peut s’appliquer au contrat d’insertion ou “Idmaj”, reconduit dans la Loi de finances 2013 jusqu’au 31 décembre 2016. Ce contrat, qui exonère des charges sociales et de l’impôt sur le revenu (à hauteur d’un salaire de 6 000 DH) l’entreprise qui recrute via l’ANAPEC des lauréats de l’enseignement supérieur et de la formation professionnelle, n’est pas très coûteux, en terme fiscal du moins, pour l’Etat.

Selon des estimations, le manque à gagner lié à l’exonération de l’IR se situerait autour de 80 millions de DH par an. La raison en est que 70 à 80% des bénéficiaires de ce contrat perçoivent des salaires ne dépassant pas la tranche exonérée (de droit commun) de l’IR, à savoir 2 500 DH par mois.