Le «nettoyage» de la CGEM entamé

4 fédérations et 3 unions régionales concernées

Mohamed Châibi, vice-président général de la CGEM, désigné pour mener à bien le nettoyage.

L’agenda de travail du bureau de la CGEM est particulièrement chargé pour les prochaines semaines. La commission ad hoc présidée par Mohamed Châibi, vice-président général, chargée du «nettoyage» des statuts des différentes fédérations membres et unions régionales a établi la liste des associations à problèmes. Le prochain conseil d’administration prévu pour fin octobre devra en principe se pencher sur ces points.

Sur la liste des fédérations visées par cette opération figure, entre autres, la Fenagri, dont le président, Mohamed Chraïbi, s’accroche à son troisième mandat en dépit des précédentes sommations de la présidence de la CGEM. La FNBTP, aujourd’hui présidée par Bouchaib Benhamida, est aussi visée, en plus des fédérations de l’enseignement et de l’automobile. Cette dernière regroupe les trois associations professionnelles du secteur : l’Aivam pour les agents des marques et importateurs, l’Amica pour les industriels et le GPLC, groupement du poids lourd. Rappelons que les trois associations étaient à l’origine regroupées au sein de l’Amica avant les deux scissions intervenues dans les années 1990. Le départ à la retraite il y a deux ans de Abdellatif Ajana, son dernier président en date, a gelé les activités de la fédération dont le bureau ne s’est plus réuni depuis.

Quant aux unions régionales dont les cas seront étudiés, elles sont au nombre de trois. Il s’agit notamment de Rabat dont les élections devraient être bientôt organisées, et de celles d’Oujda et du Sud (Laâyoune) qui étaient en veilleuse depuis quelques années. Une fois ces problèmes réglés, le bureau de la CGEM devra s’attaquer à un autre chantier, celui de l’élaboration d’un statut type aussi bien pour les unions régionales que pour les fédérations. Une sorte d’ossature commune qui permettra de tenir compte des spécificités de chaque secteur.