Lalla Khadija, une Princesse pour le Maroc

la cérémonie du baptême a eu lieu le 7 mars

«Au nom de Dieu le clément et le miséricordieux, il m’est agréable d’annoncer au peuple marocain généreux l’heureuse nouvelle de la naissance d’une Princesse, dont la venue au monde a illuminé la Maison royale, à 20 heures de ce béni mercredi,10 Safar Al Khair 1428, correspondant au 28 février 2007 et que l’heureuse nouveau-née et sa mère, SAR la Princesse Lalla Salma, sont en parfaite santé». Mercredi 28 février, Abdelhak Lamrini, directeur du Protocole royal et de la Chancellerie, annonçait une nouvelle naissance au sein de la famille royale, celle de SAR la Princesse Lalla Khadija.

Pesant à la naissance 4,16 kg pour 49 centimètres, la petite Princesse Lalla Khadija a vu le jour alors que son grand frère, SAR le Prince Moulay El Hassan, effectue ses premiers pas dans la vie officielle. La désignation de Moulay Taïeb Cherkaoui au poste de procureur général du Roi près la Cour suprême, ayant été pour lui la première occasion de faire une apparition aux côtés de son royal père.
Lalla Khadija, un prénom chargé de symboles. Il renvoie à la première épouse du Prophète Sidna Mohammed. Une femme indépendante, au caractère affirmé, considérée comme la première femme à s’être convertie à l’islam, puisque c’est vers elle que le Prophète s’est tourné lorsqu’il a commencé à recevoir la Révélation. Elle n’a pas douté un seul instant de l’authenticité du message. Selon les historiens, le Prophète, quoiqu’il ait eu d’autres épouses par la suite, aimait tellement Khadija qu’il avait tenu à l’enterrer lui-même.

Tout comme il avait partagé avec les Marocains l’heureux événement de son mariage en avril 2002, en rompant avec la tradition qui voulait que l’épouse du Roi du Maroc ne soit pas un personnage public, Mohammed VI a tenu à associer la nation à ses joies de couple : une première fois en mai 2003, lors de la naissance du Prince héritier Moulay El Hassan. Une seconde fois, le 7 mars à l’occasion de la naissance de Lalla Khadija.

Enfin, à l’instar de maintes occasions, fêtes religieuses, nationales ou événements royaux, la naissance de Lalla Khadija a été placée sous le signe de la clémence. 24 218 prisonniers ont bénéficié, par décision royale, d’une remise partielle de leur peine, tandis que 8 836, qui en avaient déjà purgé une bonne partie, ont été libérés. Parmi les prisonniers libérés, 1 365 jeunes de moins de vingt ans ou ayant acquis «des qualifications professionnelles, techniques ou scolaires durant la période de leur détention», 63 détenus atteints de maladies chroniques ou handicaps physiques, 53 femmes enceintes ou accompagnées d’enfants et 167 personnes âgées. 11 condamnés à mort ont vu leur peine commuée en prison à vie, tandis que 30 autres condamnés à la perpétuité ont vu leur peine ramenée à 30 ans. La décision royale bénéficiera également à 417 prisonniers étrangers, dont 278 ont été libérés et 139 autres ont vu leur peine réduite.