Laenser mobilise 18 sièges de plus

Les partis de la majorité sortante se positionnent pour être en mesure de mieux négocier lors de la formation du gouvernement. Mardi 11 septembre dans la soirée, c’était le Mouvement populaire – il ne s’est jusqu’à présent pas immiscé dans le débat – qui augmentait son potentiel de négociation en passant des 43 sièges obtenus lors des législatives à 61 sièges mobilisables. Le parti de Mohand Laenser a, en effet, signé un protocole d’accord avec le Mouvement démocratique et social (MDS) de Mahmoud Archane, le Parti de l’environnement et du développement (PED) d’Ahmed El Alami et le Parti du renouveau et de l’équité (PRE) de Chakir Achehbar. Que dit l’accord ? Que les quatre formations politiques uniront leurs députés pour former un groupe parlementaire commun.

Reste la question du gouvernement. Si, au sein du MP, on nie avoir, à travers cette alliance, des visées sur un quelconque poste de Premier ministre ou de président de la Chambre des représentants, on avoue, en revanche, qu’un tel poids permettra sans doute de mieux négocier l’obtention de portefeuilles ministériels conséquents.

Reste à savoir si l’Istiqlal, théoriquement chef de file de la majorité à venir, se pliera à la règle mathématique. Si, avec ses 43 sièges déjà, le Mouvement populaire se présente comme un allié incontournable, il n’est pas dit que ses nouveaux coalisés soient bien acceptés par l’USFP et le RNI. Coup d’épée dans l’eau alors ? Pas complètement, estime-t-on, il se pourrait que le nombre de ministères prévu n’augmente pas mais que leur nature soit plus prestigieuse. Affaire à suivre…