La solvabilité des Etats européens en baisse

Les agences de notation semblent avoir rompu avec l’optimisme que les marchés financiers leur avaient reproché après l’éclatement de la crise des subprimes. Des notations ont, en effet, été dégradées récemment et des alertes émises sur les niveaux de solvabilité financière, notamment par l’agence Standard and Poor’s (S&P). Et il ne s’agit pas cette fois de banques ou d’institutions financières, mais carrément d’Etats. Leur reprochant un endettement trop élevé et des économies souffrant de faiblesses structurelles, S&P a dégradé la notation souveraine de l’Espagne de «AAA» à «AA+» après avoir abaissé, une semaine auparavant, de «A» à «A-» la note souveraine de la Grèce. L’agence ne compte pas en rester là puisqu’elle a émis une alerte sur la dette irlandaise. L’Italie, le Portugal et le Royaume-Uni pourraient bien être les prochains sur la liste.
«Ceci est la preuve que l’endettement des Etats commence à être regardé avec inquiétude par les marchés», estime un économiste. «La poursuite de la crise financière et économique mondiale a exacerbé la perte de compétitivité sous-jacente de plusieurs pays européens», renchérit-il. Alors qu’il y a tout juste un an, ils s’acquittaient de taux d’intérêt presque identiques pour leurs emprunts, l’écart, en terme de prime de risque, entre l’Espagne, dégradée, et l’Allemagne, est proche de un pour cent. Avec des perspectives 2009 plutôt pessimistes, cela n’arrangera guère les affaires des Etats qui, de surcroît, auront certainement besoin de lever des fonds sur les places financières.