La SGMB deviendra-t-elle Société Générale ?

Comment se positionner dans un paysage bancaire où l’émergence de champions nationaux tels Attijariwafa bank ou encore le Crédit populaire du Maroc renvoie à la notion de banque «marocaine», alors que l’on est filiale d’une banque française ? C’est la réflexion actuellement en cours à la SGMB. La banque, détenue à 52% par le groupe Société Générale (France), hésite à sauter le pas de l’identification claire à sa maison-mère qui la ferait percevoir alors comme une banque internationale.
Il faut rappeler que depuis le dernier changement d’identité visuelle, en 1991, le logo de la banque a quelque peu évolué. On y retrouve toujours le sigle SGMB à cette nuance près que le MB (marocaine de banques) est écrit en caractères plus petits. Par ailleurs, les préposés à l’accueil téléphonique au sein de la banque ne disent plus «Sgmb» mais tout simplement «Société générale». Cette transition qui n’en a pas l’air, et qui pouvait se justifier dans un contexte où la perception de l’identité d’une banque était déterminée par le fait qu’elle officiait sur le sol marocain, se transforme aujourd’hui en flou, ce qui risque de la désavantager. Chez la concurrence, on a d’ailleurs anticipé la tendance : depuis quelques années, la BMCI affiche clairement son appartenance à BNP Paribas et le logo de la banque comprend les deux sigles