La RAM défend à¢prement son bifteck

globalia ne signera pas avec le maroc

Il y a quelques jours, la RAM décidait de baisser ses prix sur Marrakech au départ de Paris pour densifier les flux sur la destination. Une information qui a été largement reprise par la presse nationale. Mais la question que l’on a oublié de se poser est celle de savoir pourquoi c’est seulement maintenant que la RAM prend cette décision alors que l’augmentation de la capacité d’accueil dans la ville ocre date déjà d’une bonne année ?
Des sources au ministère du Tourisme rappellent que l’Etat, par le biais du département de tutelle, avait signé en juillet dernier un accord avec l’un des plus gros voyagistes étrangers, TUI et sa filiale française Nouvelles Frontières. Accord aux termes duquel le tour opérateur s’engageait sur quatre années à devenir le premier voyagiste sur Marrakech et Fès, avec un objectif bien précis en termes d’arrivées touristiques. Le tour-opérateur a ainsi reçu l’autorisation de desservir ces villes par sa compagnie aérienne, Corsair.
Devant cette menace concurrentielle, la RAM décidait de réagir en baissant ses tarifs… Pour le plus grand bonheur des touristes.
Jusque-là, pas de problème. Mais alors que le ministère du Tourisme devait signer, la semaine dernière, le même type de contrat avec le tour-opérateur espagnol Globalia, la RAM décidait de mettre en place de nouvelles liaisons sur la ligne Madrid-Marrakech (notons au passage que les professionnels disent réclamer ces lignes depuis des années et que la compagnie refusait de les mettre en place).
Est-ce pour cela que Globalia a décidé de se retirer ? A Rabat on pense que oui. En tout cas, l’accord n’a pas été signé… au grand dam du ministère du Tourisme