La nouvelle zone d’Anfa bloquée par 180 familles

L’Agence d’urbanisation et de développement d’Anfa (Auda), filiale de la CDG, chargée de piloter la reconversion du site de l’ancien aéroport d’Anfa, doit faire face à un problème de taille. 180 familles qui habitent la «Cité de l’air» d’Anfa se disent insatisfaits de l’indemnisation proposée par ladite filiale. Celle-ci met sur la table 900 000 DH par maison, indépendamment de la superficie. Or, «la superficie des maisons varie entre 150 et 700 m2. Il n’est pas logique d’indemniser tout le monde de la même manière sans prendre en compte la superficie et les changements apportés aux maisons», s’insurge un habitant de la Cité de l’air. Ingénieurs de la direction de la météorologie, de l’ONDA ou encore de la base aérienne, les habitants se sont constitués en association pour défendre leurs intérêts. A signaler que les maisons en question ne sont pas la propriété des habitants qui les louaient auprès de la direction des domaines. «Au moment où la CDG a acquis les terrains de la zone, nous étions sur le point de signer des contrats d’acquisition de ces maisons que nous occupons depuis plusieurs années. Nous souhaitons juste discuter avec l’AUDA afin de trouver une solution équitable», ajoute la même source. Cela dit, certaines familles n’ont pas hésité à porter l’affaire devant les juges. Contactée par  La Vie éco, la direction de l’AUDA, à l’heure où nous mettions sous presse, n’avait pas encore fait connaître sa position.