La marche sur Tifariti non encore autorisée

Bientôt une mini Marche verte sur Tifariti ? «Nous sommes débordés, mais nous essayons de gérer la situation», jubile Réda Taoujni, président de l’association Sahara Marocain. Prévue pour le 27 janvier, l’expédition annoncée dans le no man’s land en territoire marocain, au-delà du mur de défense, est victime de son succès, selon M. Taoujni. «Nous en sommes à quelque 1 700 inscriptions, et il ne s’agit là que de celles parvenues par mail». Il souligne que le nombre d’inscrits devrait augmenter dans les jours à venir, les partis ayant jusqu’au 10 janvier pour communiquer leurs listes. Toujours selon lui, les «marcheurs», dont le nombre serait limité à un millier pour des questions d’organisation, devraient comprendre dans leurs rangs les 400 membres de l’association et une soixantaine d’acteurs politiques mauritaniens.

Annoncée à plusieurs reprises, la marche sur Tifariti est le cheval de bataille de l’association Sahara Marocain qui affirme avoir l’aval des autorités. Pourtant, dans une rencontre avec la presse organisée le 1er janvier à Rabat, le ministre de l’intérieur, Chakib Benmoussa, s’est montré formel : l’association qui n’a présenté aucune demande ne dispose pas d’une autorisation du ministère de l’intérieur pour organiser l’évènement. Qu’à cela ne tienne, indique-t-on du côté des organisateurs, qui se targuent du soutien officieux de l’Etat. Et la légalité ?