La manne des produits de monopole

ils ont augmenté de 42%

Les documents de la Loi de finances cachent bien des surprises, telle l’évolution des produits de monopole et des participations financières de l’Etat. Vu le rythme des privatisations, on pourrait s’attendre à une baisse de ces revenus. Or, c’est quasiment le contraire qui se produit. Si l’Etat se débarrasse de certaines entreprises à problèmes, il garde un œil sur les vaches à lait et soigne ses participations. C’est ce qui explique la performance exceptionnelle de 2004 : 7,13 milliards de DH de produits de monopole, en hausse de 42 % par rapport à 2003.
Une véritable bouffée d’oxygène pour l’argentier du pays. Ces produits ont représenté 6,1 % des recettes ordinaires du Budget général de l’Etat, contre 4,6 % en 2003 et 4,3 % en 2002.
Derrière ces réalisations, sept entreprises dont les versements en 2004 ont représenté 97 % du total. En tête de liste vient l’incontournable IAM, avec 3,43 milliards de DH (contre 1, 7 milliard en 2003). IAM est suivie, mais de loin, par Bank Al Maghrib dont la contribution s’est élevée à 1,64 milliard. La troisième place revient à l’OCP (642 millions de DH). Le meilleur taux de croissance est enregistré, quant à lui, du côté de l’Agence nationale du cadastre et de la cartographie, dont la contribution a crû de 384 % en l’espace d’un an, passant de 100 MDH à 484 millions. La CDG, l’ONE et l’ODEP ferment la marche de ce top ten avec, respectivement, 330, 219 et 155 millions de DH.
Pour 2005, le taux de réalisation des prévisions a atteint, à fin septembre, 79 % des 5,87 milliards de DH prévus. Ce trend haussier devra continuer en 2006. Le ministère des Finances s’attend à une croissance de 43 % pour se stabiliser autour de 8,37 milliards de DH. M. Oualalou table sur deux éléments : l’augmentation des dividendes d’IAM et les produits des licences 3 G (UMTS).