La Lydec rembourse 1 400 clients surtaxés à  tort !

Cafouillage chez Lydec au sujet de la hausse des tarifs d’eau potable, réglementée par l’arrêté ministériel n°215-06 devant entrer en vigueur début mars. Pour les clients, la hausse devait être ressentie dans leurs factures de la fin du mois. Voulant anticiper cette hausse, la Lydec a cru bon de la répercuter également sur les montants que paient les clients au moment où ils contractent leur abonnement en eau potable. Ainsi, pendant quelques jours, précisément entre le 16 et le 22 mars, ce montant appelé «dépôt de garantie», qui correspond en fait à l’équivalent d’une consommation de 30 mètres cubes, est passé en catimini de 295 à 344 DH. Tous les clients qui se sont présentés durant cette période ont donc dû payer 49 DH de plus. Joints par téléphone, les opérateurs du centre d’appel de la Lydec, à qui nos journalistes ont demandé à plusieurs reprises le montant qu’il fallait payer pour un abonnement, se contentaient de donner une réponse vague : «c’est entre 300 et 350 DH» !

Le 23 mars, la Lydec reçut l’ordre de ne pas appliquer la hausse des tarifs pour raison d’erreur dans l’arrêté publié au BO : l’Etat a omis d’ajuster la tarification de l’assainissement. Par conséquent, la Lydec devait donc surseoir à l’augmentation des frais d’abonnement eau.

S’est posé alors le problème des clients qui avaient déjà payé (à cause d’une erreur d’anticipation) et qui sont, selon des sources bien informées, au nombre de 1 400. La direction de la Lydec a décidé de les rembourser. Une question reste posée : la Lydec avait-elle l’aval de la commission technique de suivi pour appliquer cette hausse, comme le stipule la loi ?