La grogne des comptables agréés

ils dénoncent l’hégémonie des experts-comptables

C’est connu. Entre les experts-comptables et les comptables agréés, ce n’est pas le grand amour. Aujourd’hui encore, ces deux corps montrent qu’ils ne sont pas près de prendre un verre ensemble. La pomme de discorde : un projet de circulaire de Bank Al Maghrib obligeant les entreprises, non contraintes par la loi de certifier leurs comptes, de présenter une attestation de conformité de leurs états financiers à l’occasion de la demande de crédits bancaires. Mais, étant donné que la loi organisant la profession des experts-comptables précise que seuls ces derniers sont habilités à «attester de la régularité et la sincérité (…) des états comptables et financiers (..) et de délivrer toute autre attestation donnant une opinion sur un ou plusieurs comptes des entreprises», les comptables agréés craignent une fuite de leur clientèle vers les cabinets des experts-comptables. Pourtant, rien n’est encore définitif. Bank Al Maghrib tente de calmer le jeu en précisant que cette polémique n’a pas lieu d’être parce que, souligne Hamid Ouahib, directeur de la communication, «le projet n’est pas validé». Mieux, indiquent d’autres sources, le projet ne mentionne pas l’obligation de déposer une attestation de sincérité et de régularité des comptes délivrée par les experts-comptables, mais son contenu reste conforme à la loi sur la SA, qui stipule que seules les entreprises dont le chiffre d’affaires est supérieur à 50 MDH déposent des comptes certifiés par un commissaire aux comptes, lequel ne peut être qu’un expert-comptable. Pour le reste, une signature du directeur de la société demanderesse suffira pour garantir la sincérité.
Quoi qu’il en soit, une signature au bas d’un bilan empêche-t-elle la fraude ? Il ne faut pas se le cacher, la sincérité est en fin de compte du seul ressort du dirigeant de l’entreprise. S’il veut des comptes bidonnés, le certificateur n’y verra que du feu. Demandez au fisc .

Abdellatif Jouahri, gouverneur de Bank Al Maghrib, veut rassurer les comptables agréés.