La Fédération des agences de voyages réagit

Je fais suite à votre article intitulé «Les voyagistes de Marrakech boycottent leur fédération» (paru le 4 juillet 2003), dont l’auteur me semble bien partial.
S’agissant de lancer des informations nuisibles à la FNAVM, il me paraît beaucoup plus correct que l’auteur, avant de publier quoi que ce soit, prenne contact avec les responsables de l’entité citée, ne serait-ce que par éthique professionnelle pour s’assurer des informations qu’il publie.
(…) Je peux comprendre la critique constructive et les suggestions suivies de la prise en main des solutions préconisées. Je conçois les déceptions de certains collègues qui n’obtiennent pas entière satisfaction pour leurs requêtes et c’est humain.
(…) Par contre, je m’élève contre toute tentative de déstabilisation gratuite, comme je ne supporte pas les bras cassés, les faux dévots, et les tribuns. Dire que «la FNAVM a un bilan nul», est le droit de tout membre de cette fédération, mais cela reste à prouver et ne peut dénoter que d’un simple manque réel d’intérêt.
(…) Je voudrais, pour conclure, savoir si «ces élites du tourisme marocain», qui prétendent être des professionnels, sont réellement représentatifs des vrais voyagistes de Marrakech qui ne doivent certainement pas être d’accord avec ce qui a été avancé.

Amal Karioun
Président Fédération Nationale
des Agences de Voyages du Maroc

Réponse de La Vie éco
Amal Karioun, président de la FNAV, se rappelle sans doute qu’il a été contacté lundi 7 juillet par l’auteur de l’article pour décliner le bilan de sa fédération et qu’il a promis de l’envoyer sur le champ par e-mail. On attend toujours ce bilan qui aurait pu faire contrepoids aux critiques qui sont adressées à cette fédération par une
partie de ses membres. Pour le reste, nous laissons à ceux que M. Karioun qualifie de «bras cassés», de «faux dévots», et de «tribuns» le soin de lui répondre. Les colonnes de LVE sont ouvertes…