La Cour des comptes audite Casa

lydec et tec med audités en 2007

L’ambiance est quelque peu tendue ces derniers jours dans les couloirs du Conseil de la ville de Casablanca. Et pour cause, la Cour des comptes régionale de Casablanca s’intéresse aux comptes de la ville pour les années 2005 et 2004, les deux exercices sous la nouvelle expérience de l’unité de la ville.

Trois équipes d’enquêteurs au total sont actuellement sur le terrain. La première, la plus importante par le nombre d’auditeurs qui la compose, passe au peigne fin les comptes du Conseil de la ville. Les deux autres s’intéressent respectivement à ceux de la Région du Grand Casablanca et des 16 arrondissements de la ville en plus de la Commune urbaine de Aïn Harrouda.

Dans cette opération, les équipes de la Cour des comptes mènent deux actions concomitantes. La première concerne le contrôle de gestion, c’est-à-dire l’audit des comptes. La seconde, elle, porte sur l’apurement de ces derniers. Les auditeurs éplucheront pour cela toutes les pièces justificatives et vérifieront leur régularité. Un travail monstre qui nécessitera plusieurs semaines voire des mois, d’autant plus que le budget de la ville est important : 2 milliards de DH en 2006. L’on se rappelle à ce sujet les péripéties qui ont accompagné le vote de ce budget. Mohamed Sajid s’était trouvé contraint de reporter son adoption en raison de l’absence d’une majorité pour son vote. On ne sait pas si ce sont ces contestations qui ont déclenché la procédure, sachant que la Cour peut très bien entreprendre des inspections dans un cadre normal de contrôle. Les résultats de l’audit devront intervenir avant fin 2006.

En 2007, d’autres organismes seront sur la sellette. La Cour des comptes s’intéressera aux concessions de la ville. Sur la liste, Tec Med, les abattoirs et Lydec.

La Cour s’intéressera aux exercices relatifs au mandat de Mohamed Sajid.