La contrebande trébuche

Qui l’eût cru ? Les affaires vont de plus en plus mal pour la contrebande dans le Nord du pays. Les pouvoirs publics n’ayant jamais vraiment eu les moyens d’affronter le phénomène, c’est la loi du marché qui s’en est occupé. Selon des sources, à Tanger et Tétouan, l’activité de contrebande souffre depuis quelques mois de la flambée de la monnaie européenne, d’autant plus que la quasi-totalité des flux de marchandises provient de l’Espagne. Selon des estimations fiables données par la mairie de Tétouan, la contrebande dans la ville de Tétouan a baissé de 40% ces derniers mois. Il faut dire qu’en plus d’un euro fort, la contrebande a dû faire face à une autre menace : la grande distribution. Après Tanger, il y a déjà quelques années, le nouveau Marjane qui a ouvert ses portes à Tétouan le 16 décembre a diminué l’attractivité des produits de contrebande. En atteste le rush qu’a connu le magasin dans les jours qui ont suivi son ouverture. Le chiffre d’affaires réalisé durant les premiers jours par Marjane Smir Tétouan oscillerait, selon des sources bien informées, entre 1,6 et 2 millions de DH par jour.
Mais les contrebandiers ont axé leurs efforts vers d’autres régions du pays. Selon le ministère des Finances, «depuis quelques semaines, il y a eu une recrudescence sans précédent de la contrebande dans l’Oriental». Les experts du ministère expliquent, pour l’instant, cette explosion des flux de marchandises au noir avec l’Algérie par la chute du dinar. A quand l’ouverture d’un Marjane à Oujda ?.