La CDG soutient la Sonadac en attendant de la racheter

La CDG (Caisse de dépôt et de gestion) comptera bientôt dans son giron la Sonadac (société nationale d’aménagement communal). La caisse, appelée au secours de la société, financièrement mal en point, commencera dès novembre à avancer des fonds pour lui permettre de maintenir son activité. La première enveloppe sera de 50 MDH. Ce montant sera comptabilisé en tant qu’apport en compte courant que la CDG pourra, le moment venu, convertir en actions.
Mais avant de réaliser l’opération, la CDG a tenu d’abord à évaluer sa future filiale, notamment pour déterminer le prix éventuel d’acquisition. C’est ainsi qu’une équipe du cabinet KPMG a épluché les comptes de la Sonadac durant trois mois. Selon des sources proches du dossier, le rapport a relevé des dysfonctionnements, notamment au niveau de la gestion du patrimoine foncier. Un cadre de la Sonadac explique que «la société a dû se délester de plusieurs projets et propriétés, à Casablanca, à des prix souvent sacrifiés». La gestion du foncier s’est répercutée sur sa santé financière. Ce n’est pas pour rien d’ailleurs que les gestionnaires de la Sonadac envisagent aujourd’hui de scinder la société en deux. Les projets intéressants comme l’aménagement de la corniche seront confiés à la société dans laquelle la CDG sera majoritaire. Quant aux recasements de bidonvilles et projets sociaux, le public continuera d’assurer le service