La Bourse trébuche : effet Oualalou ?

mouvement moutonnier chez les petits porteurs

Retour à la normale après la bulle spéculative qui a marqué le marché boursier casablancais ces dernières semaines ? Le trend haussier semble s’estomper. C’est ce que montrent les performances de cette semaine. Après avoir franchi la barre des 30%, le Masi a perdu 1,38% le lundi 13 février et 3,55% le mardi 14, avant de se redresser légèrement mercredi 15 février.

Est-ce la fin de l’embellie ? Les avis divergent. Certains analystes de la place jugent que ces baisses s’expliquent par un effet de prise de bénéfices de la part les investisseurs, après un début d’année où toutes les valeurs ont pris considérablement. D’autres pensent que ces investisseurs cherchent à récupérer leurs liquidités afin de participer à l’augmentation de 1,8 milliard de dirhams du capital du CIH. Mais, que ce soit l’une ou l’autre des deux explications, les intermédiaires boursiers recommandent la prudence, jugeant cette hausse anormale en une période si courte. Ce renversement de tendance coïncide également avec la conférence de presse du ministre des Finances, tenue lundi 13 février, durant laquelle il a adressé un message d’alerte tant aux intermédiaires présents qu’aux investisseurs, particuliers et professionnels en général. Fathallah Oualalou a martelé que le marché boursier est actuellement décalé par rapport aux fondamentaux du pays, et qu’il ne faut pas écarter la possiblité d’une correction à la baisse après la surchauffe des dernières semaines. Il a recommandé la prudence aux investisseurs.

L’effet de l’annonce de Oualalou n’a pas tardé. Un analyste contacté par La Vie éco confirme qu’effectivement un mouvement de panique s’est emparé des investisseurs particuliers.

Après six semaines de hausse, le Masi a cédé quelques points cette semaine.