La baisse de l’IGR aux calendes grecques

Je suis scandalisé par la décision à demi cachée du gouvernement Jettou de remettre aux calendes grecques la baisse de l’IGR. On nous rebat les oreilles avec cette mesure lorsqu’on veut faire monter sa cote de popularité et puis, lorsqu’on n’en a plus besoin, on nous tient un autre discours.
A qui profite le paiement des intérêts moratoires sur retard de règlement des marchés publics ? Ces entreprises, et/ou leurs dirigeants, s’acquittent-ils convenablement de leurs impôts ?
Pourtant, voilà une piste qui pourrait renflouer les caisses de l’Etat avant même de penser à les vider en payant des intérêts de retard.
En attendant je continue, avec tant d’autres personnes, à payer pour ceux qui disposent de revenus 100 à 1 000 fois plus importants que les miens et qui passent allègrement à travers les mailles du filet fiscal.
En attendant, je continue de zapper sur le numérique à chaque fois qu’un politique s’invite chez moi et pointe sa tronche sur ma télé, pour me bassiner de ses salades avec son air de Monsieur-qui-sait-tout-sur-n’importe-quoi-et-mieux-que-tout-le-monde.

Samir Lyachi-Thami Cadre de banque – Oujda