Karim Ghellab trahi par les siens

Têtes d’affiche.

Certains conseillers n’en reviennent pas. Abdeslam Lebbar, du groupe istiqlalien à la deuxième chambre, s’en est pris, mardi 12 octobre, lors de la séance des questions orales, au ministre de son propre parti, Karim Ghellab. Il a accusé le ministre du transport d’avoir tenu, à la veille de l’entrée en vigueur du code de la route, une «réunion secrète et illégale» avec les professionnels sans y avoir invité les syndicats. Pire, sous prétexte de «la défense des intérêts des citoyens et non du code», il demande  que les décrets d’application du nouveau Code de la route soient entièrement revus.