Intégration pour «Les eaux minérales d’Oulmès»

Soixante camions supplémentaires, deux dépôts régionaux pour commencer et 200 emplois à créer. La Société des eaux minérales d’Oulmès, producteur d’eaux minérales, d’eaux de table et de boissons gazeuses (Oulmès, Sidi Ali, Bahia, Pepsi, Seven-Up, Mirinda), s’apprête à entamer un investissement conséquent dans le but de s’intégrer verticalement par l’aval. L’idée est de récupérer une part du business d’intermédiation assuré par les dépositaires régionaux.

Certes, cette intégration va à contresens de la tendance actuelle, qui veut que l’on externalise les activités non liées au cœur du métier (fabrication et embouteillage). Seulement, dans le cas précis des soft-drinks, la maîtrise de la distribution et celle du merchandising des marques, combinées à la faiblesse des marges, justifient l’intégration. Selon le management de la société, l’objectif, à travers la construction – ou la location – de dépôts et l’usage de transport «lourd» permettra de parer à un manque à gagner estimé à 9% du chiffre d’affaires. Soulignons que les six marques du groupe sont distribuées à travers 15 000 points de vente répartis sur l’ensemble du territoire national. La marque Sidi Ali est leader sur le marché des eaux plates, avec une part de 70%, de même qu’Oulmès sur celui des eaux gazeuses avec 88%. Quant à la part des trois boissons gazeuses, deux ans et demi après leur lancement, elle est de 9%.