Impasse à  la BP Paris

le personnel est en grève depuis trois semaines

Que se passe-t-il à la Banque Chaâbi du Maroc à Paris (BCDM), filiale de la Banque centrale populaire ? Sur les trois agences que compte la banque dans la capitale française, deux sont fermées depuis… le 18 septembre et une fonctionne par intermittence. La cause en est que le personnel de la BCDM est en grève illimitée depuis cette date.

En réalité, l’origine du problème remonte à plus d’une année. Il implique les 180 agents consulaires qui effectuaient des opérations pour le compte de MRE dans les locaux mêmes des différents consulats du Maroc à travers l’Europe, au sein desquels la Banque populaire avait ouvert des guichets. Suite à des réserves émises depuis longtemps par les autorités françaises sur le caractère non réglementaire de ces opérations bancaires, il a été demandé à la Banque Chaâbi du Maroc de reprendre ces 180 agents. La BCDM accepta le deal et profita de l’occasion pour lancer un plan de développement portant sur l’ouverture de 20 nouvelles agences en France de sorte à pouvoir absorber les nouveaux effectifs.

Mais un problème imprévu surgit. Les 180 agents en question recevaient des salaires qui dépassaient de loin celui du personnel de la BCDM. Du coup, l’arrivée de ces nouveaux cadres a créé des tensions en interne : «Ces nouvelles recrues n’ont pas d’expérience bancaire et leurs salaires sont largement supérieurs à ceux des agents de la BCDM, ce qui est contraire au droit français du travail», explique Mouani Ahmed, secrétaire du comité d’entreprise. Les rencontres tenues avec la direction générale et la correspondance envoyée au président de la BCP, Noureddine Omary, n’ont pas permis de sortir de l’impasse. En dépit de diverses relances, la BCP n’avait pas donné son point de vue à l’heure où nous mettions sous presse.