Il y a buveur et buveur…

Onconnaissait l’hypocrisie de l’Etat concernant la vente de boissons alcoolisées aux musulmans, légalement interdite, mais largement tolérée. Ce que l’on connaît moins, c’est que les buveurs ne sont pas logés à la même enseigne. Ainsi, bière, vins et spiritueux affichent toutes leurs informations en français alors que la logique prônée par les règles d’étiquetage contenues dans la loi sur la concurrence impose un affichage en arabe également. Ironie de l’affaire, c’est cette même loi qui affranchit, entre autres, les boissons alcoolisées de cette obligation alors qu’un importateur de confitures, par exemple, est tenu de s’y soumettre. Conclusion, tous les buveurs ne sont pas logés à la même enseigne. Un buveur privilégié doit parler français. Circulez…