IAM et Méditel se partagent le marché

Ce sont 166 000 cartes de recharge de 50 DH qu’a acquises l’Etat auprès des opérateurs téléphoniques dans l’optique des élections. Ces cartes serviront à alimenter les crédits téléphoniques des GSM des agents en charge du dépouillement afin de communiquer en temps réel, et par SMS s’il vous plaît, le résultat du vote relatif à leur bureau, leur circonscription ou leur province.

Qui a profité de ce marché de 8,3 MDH ? Interrogé, Chakib Benmoussa, ministre de l’intérieur, a affirmé que les cartes avaient été commandées auprès de deux opérateurs, Maroc Telecom et Méditel, sans préciser la quote-part de l’un et de l’autre, ni la procédure de passation de marché (gré à gré ou appel d’offres).

En réalité, il n’y avait pas besoin de faire d’appels d’offres. L’Intérieur s’est tout simplement adapté aux choix de ses agents. Ceux qui avaient une ligne Méditel ont eu une carte de recharge de leur opérateur et le même scénario a prévalu pour les clients de Maroc Telecom. Dans les faits, cela s’est traduit par la part du lion en faveur de l’opérateur historique qui a fourni 66,4% (110 224 cartes), engrangeant un chiffre d’affaires de 5,5 MDH, tandis que son concurrent fournissait le reste (55 776 cartes) pour 2,8 MDH. Remarque intéressante : la répartition des GSM des agents de l’Etat entre opérateurs correspond exactement à celle observée au niveau national : 33,59% pour Méditel et 66,4% pour IAM.