Holcim coincé entre les Finances et l’Intérieur

On ne le dira jamais assez : l’investissement ne décollera pas au Maroc tant que le foncier ne sera pas réglé. Et ce ne sont pas les dirigeants de Holcim qui diront le contraire. Et pour cause, leur projet de nouvelle cimenterie à Settat se trouve bloqué à cause d’une querelle entre le ministère des Finances et celui de l’Intérieur à propos du terrain devant accueillir le projet.
De fait, le terrain, d’une superficie de 84 hectares, sur lequel le cimentier devait ériger sa nouvelle usine, était l’objet d’un litige entre la direction des Domaines (Finances) et celle des Affaires rurales (Intérieur), chacune des deux parties se prévalant d’un droit sur la parcelle. Ainsi, la première a déposé deux réquisitions d’immatriculation auprès de la Conservation foncière de Settat. Le ministère de l’Intérieur, quant à lui, maintient que le terrain ne relève pas du Domaine mais des «terres collectives» gérées par sa direction des Affaires rurales. Cette dernière a d’ailleurs fait barrage à l’immatriculation du terrain demandée par les Domaines en déposant une opposition à la Conservation.
Après d’interminables réunions, les Finances et l’Intérieur ont fini par tomber d’accord sur un début de solution. L’Intérieur se dit donc prêt à lever son opposition, à condition que la direction des Domaines revende le terrain, après immatriculation, à celle des Affaires rurales, et au dirham symbolique. L’Intérieur cédera ensuite la parcelle à Holcim au prix de 120 000 DH qui seront totalement reversés aux 50 familles installées sur le terrain. Mais la direction des Domaines ne semble pas d’accord sur le prix et propose plutôt de vendre la parcelle à Holcim au prix du marché, de dédommager les familles et de partager le reliquat entre les Finances et l’Intérieur. A ce rythme, Holcim peut espérer avoir son terrain… en 2010 !.