Hassan Tariq, démissionnaire ou «démissionné» ?

Ladémission de Hassan Tariq, secrétaire général de la Jeunesse USFP en est-elle vraiment une ? Mercredi 8 novembre, la presse du parti annonçait l’approbation unanime du départ du rebelle secrétaire général et la nomination de son second, Mohamed Ghoudane, à sa place. Cette démission, survenue à l’occasion de la réunion du comité central de la Chabiba tenue les 5 au 6 novembre, intervient à deux mois seulement de son congrès national mais elle ne surprend pas vraiment. Après des mois de tensions avec les instances du parti, l’ancien secrétaire général et plusieurs de ses partisans avaient menacé de rendre leur tablier.

Auprès des alliés de Hassan Tariq, pourtant, c’est une autre version des faits qui est avancée. Ils affirment que le comité central ne s’est pas réuni à la demande des instances de la Chabiba elle-même mais à la suite de communiqués et d’appels lancés à travers les journaux du parti. Cela dit, ils disent avoir fini par y assister quand même à la suite des appels conciliants de membres influents du bureau politique du parti comme Habib El Malki, Abdelouahed Radi ou Fathallah Oualalou.

Le 5 novembre, la réunion se déroula sans faits majeurs, mais le lendemain, ce fut le coup de théâtre. Sur les 85 membres actifs de la Chabiba, seule une vingtaine s’étaient présentés. Et les alliés du SG «démis», furent pris de court quand le comité proposa, de manière inattendue, de débattre et surtout de statuer séance tenante sur la démission de Hassan Tariq. Laquelle démission fut validée, les alliés du SG étant trop peu nombreux pour faire barrage. Finalement, la demande de démission de Hassan Tariq aurait été validée à l’unanimité selon les uns, par 17 membres selon les autres…