Guerre de l’eau entre Zahoud et Elyazghi

Objet du litige : un prêt de la banque mondiale

Le secteur de l’eau déchaîne les passions au sein de l’administration marocaine. C’est ainsi que Abdelkébir Zahoud, secrétaire d’Etat chargé de l’eau, et Mohamed Elyazghi, son ministre de tutelle, se livrent depuis plusieurs mois une guéguerre en marge de la préparation d’un document qui doit être soumis à la Banque mondiale (BM) avec, à la clé, un prêt de quelque 300 millions de dollars. Dans les faits, il s’agit d’un document que devait soumettre le gouvernement à la banque pour y exposer les mesures prises et celles en préparation pour les trois prochaines années, dans le cadre d’une réforme globale du secteur de l’eau au Maroc.

Les termes de référence d’une étude générale sur le secteur ont été l’élément déclencheur de la brouille. Chacun des deux départements ayant tenu à élaborer son propre projet. Résultat : au moment où le gouvernement devait valider le document avec les experts de la Banque mondiale, il s’est retrouvé avec deux cahiers des charges. On a alors dû recourir à l’arbitrage du Premier ministre. Ce dernier a coupé la poire en deux en demandant la rédaction d’un nouveau cahier des charges mixant les deux propositions.

Mais ce n’était qu’une accalmie. En mars, une fois les termes de référence validés, il fallait lancer l’appel d’offres pour sélectionner un cabinet. Et là, rebelote. Deuxième bataille pour désigner celui qui en serait le domiciliataire. Driss Jettou a dû trancher encore une fois : ce ne sera ni l’un ni l’autre mais le ministère des affaires économiques et générales. En toile de fond de cette histoire, une lutte sourde entre l’Istiqlal (Zahoud) et l’USFP (Elyazghi) qui dure depuis quelque temps déjà.